PolyOne (POL) Rapports sur les revenus du premier trimestre 2019 – The Fool Motley – travaux en électricité

Pourquoi les devis d'électricien sont-ils aussi élevés ? Cliquer sur ce bouton pour comprendre les calculs !

Logo du bonnet de bouffon avec bulle de pensée avec mots "Transcriptions idiotes" # 39; en dessous

Source de l'image: The Fool Motley.

PolyOne (NYSE: POL)
Appel des résultats du premier trimestre 2019
17 avril 2019 8h00 ET

contenu:

  • Notes préparées
  • Questions et réponses
  • Appelez les participants

Notes préparées:

opérateur

Bonjour, Mesdames et Messieurs, et bienvenue à la téléconférence du premier trimestre de 2019 de PolyOne Corporation. Mon nom est Brian et je veux être votre opérateur pour aujourd'hui. [Operator Instructions] Pour rappel, cette téléconférence est enregistrée à des fins de relecture. Je vais maintenant appeler Joe Di Salvo, vice-président, trésorier, Relations avec les investisseurs.

Continuer.

Joe Di SalvoVice-président et trésorier, Relations avec les investisseurs

Merci, Brian Bonjour et bienvenue à tous les participants. Avant de commencer, nous vous rappelons que les déclarations faites lors de cette téléconférence peuvent être considérées comme des déclarations prospectives au sens de la loi de 1995 sur la réforme du droit des valeurs mobilières (Private Securities Law Reform Act). Elles prévoient des attentes ou des prévisions d’événements futurs et ne constituent en aucun cas une garantie. performances futures.

Ils sont basés sur les attentes de la direction et impliquent un certain nombre de risques d’entreprise et d’incertitudes qui pourraient entraîner un écart considérable entre les résultats réels et ceux exprimés de manière expresse ou implicite dans les déclarations prospectives. Certains de ces risques et incertitudes se trouvent dans les archives de la société auprès de la Securities and Exchange Commission, ainsi que dans le communiqué de presse d'aujourd'hui. Au cours des discussions d’aujourd’hui, la société utilisera des mesures financières définies ou non par les PCGR. Veuillez vous reporter au communiqué sur les revenus publié sur le site Web de PolyOne, dans lequel la société décrit les mesures non définies par les PCGR et se réconcilie avec les mesures de financement conformes aux PCGR les plus comparables.

Le bénéfice d'exploitation référencé dans l'appel d'aujourd'hui comparera le premier trimestre de 2019 au premier trimestre de 2018, sauf indication contraire. Notre chef, président et chef de la direction, Bob Patterson, participe aujourd'hui à notre conversation. et Brad Richardson, vice-président exécutif et chef de la direction financière. Maintenant, je veux retourner l'appel à Bob.

Bob PattersonPrésident du conseil, chef de la direction et chef de la direction

Merci, Joe, et bonjour à tous. Nous avons annoncé aujourd'hui un bénéfice ajusté par action de 0,64 USD pour le premier trimestre, contre 0,68 USD pour le premier trimestre de l'année dernière. Ce n’est que la deuxième fois en presque 10 ans que nous avons enregistré une baisse annuelle au cours du trimestre. Comme beaucoup d’entreprises à notre place, les résultats du premier trimestre ont été affectés par la baisse de la demande sur certains marchés finaux et régions et par des monnaies défavorables.

La baisse de la demande de voitures en Chine et en Europe a été le principal moteur des ventes totales de 6% et 8%, respectivement, dans les régions affectées par les secteurs de la couleur et des matériaux techniques. En outre, les ventes liées aux bâtiments et aux appareils ménagers en Amérique du Nord ont fortement diminué, principalement dans le secteur Produits et solutions de performance. Très probablement, les clients ont estimé que le cycle de construction avait été retardé en raison de températures plus basses que la normale aux États-Unis. Cependant, nos résultats sous-jacents dans des conditions macro-économiques difficiles sont plusieurs preuves encourageantes que les investissements que nous avons réalisés sont meilleurs que ceux-ci, mais surtout, nous placent dans la croissance à long terme avec des marges croissantes.

Comme vous le savez, depuis 2014, nous avons investi dans la diversification de notre portefeuille de produits avec des solutions innovantes et durables, mais nous avons également étendu nos ressources commerciales de plus de 30%. Ces investissements ont été principalement réalisés de manière ponctuelle dans le cadre de notre stratégie de croissance et, en ces temps difficiles que nous avons connus au premier trimestre, ils ont également contribué à compenser la baisse de la demande. Un cas clair est notre plate-forme composite. Nous avons commencé notre investissement dans cette salle en 2012 par une acquisition de Glasforms.

Depuis lors, nous avons réalisé plusieurs acquisitions et investi dans des ressources commerciales afin de stimuler la croissance et d'étendre la portée des nouveaux marchés. Pour le trimestre, les ventes de composites organiques ont augmenté de 10%. Combinée à notre récente acquisition de Fiber-Line, l’activité Produits composites a généré 3,5 millions de dollars de revenus supplémentaires dans Engineered Materials, ce qui compense largement la faiblesse précédemment citée en Europe et en Asie. Les composites gagnent de nouvelles activités en remplaçant le métal, le verre et le bois ou renforcent les structures existantes.

Il s'agit certainement d'une technologie performante et plus durable, qui répond aux besoins émergents et non satisfaits de nos clients, en particulier dans le secteur de la haute performance pour le plein air, où nous avons connu notre meilleure année en 2018. Cette année, il est également prometteur que les revenus ont augmenté de 24% au premier trimestre, également notre meilleur résultat. Notre dernier succès dans cet espace est rendu possible par notre technologie composite et par de solides relations de coopération avec nos clients. Au cours du dernier trimestre, nous avons réalisé plusieurs nouveaux gains dans des applications larges et performantes, telles que les véhicules et les composants de la carrosserie dans le tir à l'arc et le tir au matériel de sport.

Les possibilités de ces applications exigeantes sont illimitées. Et tout cela est bien, mais ce que j’aime vraiment, c’est les possibilités de traduction. Par exemple, notre équipe a identifié un programme visant à améliorer les performances des sièges de bureau ergonomiques en utilisant une technologie composite similaire à celle utilisée sur le marché du tir à l'arc. Les mêmes caractéristiques de performance pour la force, la rigidité et la fatigue sont requises pour les deux.

L’électricité est un autre marché final sur lequel nous avons exploité nos investissements et notre expertise en matériaux composites, avec la dernière victoire en date: les barres isolantes, composants composites essentiels utilisés pour les infrastructures de transport et de distribution d’énergie dans le monde entier. Et maintenant, avec l’ajout de Fibre-Line, nous nous sommes lancés dans l’espace fibre optique et sommes bien placés pour tirer parti du développement de l’infrastructure actuelle et de la prochaine expansion de la 5G. Nous avons également augmenté nos investissements dans d'autres solutions durables. Bien que je pense que le plastique est intrinsèquement durable, je me réfère spécifiquement à la définition de la SEC.

Et si vous lisez notre rapport annuel, vous verrez que nous avons vendu 480 millions de dollars de ces solutions l'an dernier seulement. Pour nous, l’un des domaines d’application et de croissance les plus importants concerne les emballages de nouvelle génération pour les aliments et les boissons périssables, tels que les yaourts, le lait et les jus de fruits. Notre gamme de produits additifs sert à la fois de nettoyant à l'oxygène et de stabilisant UV, permettant aux clients d'utiliser des matériaux de jauge plus minces, qui peuvent également être recyclés plus facilement. De plus, nos solutions aident à garder les aliments et les boissons plus fraîches, plus longtemps.

La durabilité accrue non seulement ajoute de la valeur à nos clients, mais procure également un avantage durable aux consommateurs et à l'environnement en réduisant le gaspillage et la destruction d'aliments. Les ventes de ces produits, bien que moindres, progressent rapidement, en particulier en Asie, où elles étaient 34% plus élevées que l’année précédente au premier trimestre, ce qui était principalement positif pour les segments des couleurs, des additifs et des encres. Enfin, en réfléchissant aux points trimestriels, la bonne croissance de la distribution des couleurs dans les revenus de la santé et de la distribution a augmenté de 7% grâce à une meilleure tarification et à un meilleur mélange. Cette augmentation des produits d’exploitation est imputable à l’augmentation des marges de ces deux secteurs, ainsi qu’au marché final de la haute performance pour le plein air que j’ai mentionné précédemment.

J'aurai d'autres commentaires et quelques observations sur nos perspectives pour le solde de cette année, mais je vais tout d'abord adresser un appel à Brad pour obtenir plus de détails sur les résultats du premier trimestre.

Brad RichardsonVice-président exécutif et directeur financier

Bien, merci Bob et bonjour à tous. Permettez-moi de commencer par vos revenus GAAP. Nous avons rapporté 0,49 $ par action au cours du trimestre. Les éléments exceptionnels du trimestre ont généré des recettes nettes après impôts de 11,5 millions de dollars et étaient principalement liées aux coûts des récentes acquisitions et des problèmes environnementaux, ainsi qu’aux récentes réductions de travail ciblées, que je traiterai dans quelques minutes.

Le bénéfice ajusté par action pour le trimestre s'est établi à 0,64 $, en baisse de 6% en BPA. Les effets de change sur nos BPA ont été réduits de 3%. En ce qui concerne nos secteurs, Engineered Materials a réalisé une solide performance, compte tenu des conditions économiques difficiles. La faiblesse de la demande en Europe et en Asie a été le marché final contrebalancé par la vigueur de nos activités composites, dont Bob a déjà parlé.

Les marchés de consommation, de gestion et de câble ont également progressé, ce qui a entraîné une croissance organique du chiffre d’affaires de 1% pour le segment SEM. Les ventes dans les applications grand public au sein de SEM ont augmenté de 8% au premier trimestre, sous l’effet de la progression des nouvelles affaires. Un excellent exemple, non mentionné par Bob, est celui d’une grande multinationale de vêtements de sport. L'application consiste en une couche à base de matériau construite pour des chaussures aux performances exigeantes.

La capacité de PolyOne à fournir un support mondial, les efforts de développement technique aux États-Unis et notre capacité à produire localement en Chine ont permis de capter ce nouveau gagnant d’une valeur de 5 millions de dollars. Le fil et le câble ont été un autre point positif pour Engineered Materials au cours du trimestre, alors que notre équipe continue de conquérir de nouvelles affaires sur ce marché final. Dans l’ensemble, les activités de fils et de câbles ont augmenté de 33% par rapport à l’année dernière, et la majeure partie de cette croissance provient de la fermeture de nouvelles activités ici en Amérique du Nord.

De même, les nouveaux avantages offerts par nos solutions logicielles d'emballage durables peuvent profiter à notre segment des couleurs. Le mois dernier, par exemple, nous avons fermé une solution de barrière photoélectrique avec une grande société multinationale de boissons. Ils avaient connu le succès de notre solution Lactra SX sur le marché asiatique et PolyOne a travaillé avec eux à chaque étape pour qualifier la solution pour leurs besoins spécifiques au Moyen-Orient. Les additifs de blocage PET Lactra SX ajoutent une technologie de blocage de la lumière hautes performances qui vous permet de recycler une alternative aux emballages de produits laitiers longue durée et de prolonger sa durée de vie à plus de six mois.

Cela correspond parfaitement à notre engagement à développer des solutions durables qui ont un impact positif sur les grandes tendances mondiales, les besoins des clients et les problèmes environnementaux, tels que la réduction du potentiel des déchets plastiques. Au niveau macro, les couleurs ont également changé, malgré le ralentissement de la conjoncture dans les transports en Asie et en Europe et en monnaie fixe, les produits des ventes et les produits d’exploitation étant relativement stables. Les produits et solutions de performance ont enregistré le marché final le plus important de tous les segments du trimestre. Le bâtiment et la construction, l'industrie et l'équipement, les trois plus grands marchés finaux du secteur, ont tous eu une incidence sur les produits et les produits d'exploitation de respectivement 11% et 34%.

Le ralentissement de ce segment a été plus important que prévu au début de l’année en raison de l’absence de reprise saisonnière que nous connaissons habituellement au premier trimestre. Pour le situer dans une perspective historique, le chiffre d'affaires de PP & S a augmenté de 15% au cours des quatre dernières années, de février à mars. En 2019, toutefois, l'augmentation n'était que de 3%. Nos clients ont indiqué qu'ils ne voyaient pas l'augmentation typique de la demande qui survient généralement en mars lorsque les conditions météorologiques ont retardé le cycle de construction.

Dans la distribution, notre équipe a réalisé un premier trimestre solide avec un chiffre d’affaires de 7%, tirée par une amélioration des prix et des mélanges. Notre équipe de distribution continue de tirer parti de son équipe de vente leader, courte et qualifiée sur le plan technique, pour nous séparer sur le marché. Comme nous l’avons noté dans notre communiqué de presse de ce matin, nous sommes encouragés et optimistes quant à une reprise dans la seconde moitié de l’année, mais nous ne prévoyons pas d’améliorations du marché. Au cours du dernier trimestre, nous avons effectué des réductions de travail ciblées afin d’ajuster et d’améliorer les coûts de notre entreprise.

Ces actions non seulement réduisent les coûts généraux et administratifs, mais elles sont tout aussi importantes, ont retardé certaines de nos structures organisationnelles. Cela améliore l'efficacité et rationalise l'efficacité opérationnelle, ce qui est encore plus important pendant un cycle lent. En outre, nous avons identifié des possibilités d'éliminer ou de reporter des dépenses discrétionnaires sans affecter le service client ou nos projets clés en cours. Nos interventions sont mesurées et prudentes.

Nous nous ajustons aujourd'hui d'une autre manière, tout en protégeant nos objectifs et nos intérêts pour demain. Sur ce, je laisse la parole à Bob.

Bob PattersonPrésident du conseil, chef de la direction et chef de la direction

Merci beaucoup, Brad. Nous sommes absolument déçus d’annoncer une baisse du BPA pour le trimestre, mais la majeure partie de celle-ci était due à des facteurs macroéconomiques indépendants de notre volonté, comme nous en avons discuté. Et lorsque je regarde en arrière au premier trimestre, c’était certainement mieux qu’il aurait pu être en raison de nos investissements précédents et de notre orientation stratégique vers des solutions spécialisées et durables. Nous ne sacrifierons pas notre potentiel de croissance à long terme à cause de ce que nous considérons être ces défis à long terme.

Nous continuerons d'investir dans l'innovation, les acquisitions et dans notre personnel afin de garantir des relations à long terme avec nos parties prenantes. L’indicateur avancé est notre pipeline d’innovations, car il reflète nos activités de recherche et développement et nos activités et sert de feuille de route pour notre croissance future. Nous avons beaucoup parlé de solutions durables aujourd'hui, vous voulez en entendre davantage à l'avenir. Nous avons ajouté plus de 250 millions de dollars de potentiel de marché à ces solutions, dont certaines peuvent sembler familières, telles que le manque de résolution de barrière, a mentionné Brad, et en particulier le marché du maïs asiatique.

Si vous n’êtes pas allé en Chine ou n’y êtes pas allé récemment, sachez que les boissons au yogourt sont l’une des catégories les plus populaires, et que nos additifs sont des facilitateurs qui rendent cela possible. Notre équipe commerciale génère de nouvelles affaires avec cette partie croissante de notre portefeuille de solutions. Ces mesures, combinées à notre focalisation sur la durabilité, ont conduit à d’autres gains importants. Ce n’est que ce trimestre que notre équipe couleur d’Asie a commencé à produire des matériaux résistant aux rayons UV de couleur pour une application de panneau solaire flottant au Vietnam.

C'est très cool. La combinaison de couleurs, les UV, que nous appelons notre solution de marque intelligente, est très difficile à formuler, en particulier lorsqu'elle sert le domaine en pleine croissance et exigeant des énergies renouvelables. L’équipe a travaillé d'arrache-pied dans ce dossier et nous a placés dans une bonne position pour nous assurer une opportunité estimée à 5 millions de dollars au cours des prochains mois. Et même si nous continuons d'investir de manière significative dans ces améliorations du portefeuille écologique, nous savons également que les acquisitions permettent de mieux réaliser les technologies de transformation. Cela nous a conduit à acheter Fibre-Line plus tôt dans le trimestre et je suis heureux de pouvoir annoncer que l'intégration se déroule très bien. bon.

Trois mois seulement après l'annonce de la transaction, nous avons mis en place des pratiques de sécurité rigoureuses dans chaque établissement, en communiquant nos normes de sécurité strictes et rigoureuses et en répondant aux attentes. Nous n’avons pas eu de blessés jusqu’à présent, nous avons retenu les services de tous les membres importants du personnel et nous avons connu le plus grand enthousiasme et l’engagement des nouveaux membres de notre équipe. Comme nous l’avons bien noté, c’était un ajustement culturel parfait. Nous avons également reçu de bonnes réactions de la part des clients Fibre-Line et confirmé que nous attendions de nos portefeuilles un ajustement stratégique important et que nous puissions tirer parti des deux bases de clients.

J'étais en Chine il y a quelques semaines et pendant que j'y étais, je pouvais d'abord observer à quoi ressemblait l'expansion du réseau et le déploiement initial de la 5G. Historiquement, les tours de téléphonie cellulaire sont de grandes structures séparées par des kilomètres, mais à présent, les tours 5G ressemblent à des lampes ou à des poteaux téléphoniques présents sur presque tous les blocs et les matériaux PolyOne se trouvent dans les matériaux qui hébergent les équipements correspondants. Et maintenant que nous avons Fibre-Line, nous allons bénéficier de l’extension de l’infrastructure de réseau aux États-Unis et en Europe, et nous voulons mieux nous positionner en Chine.

C’est un exemple parfait de notre stratégie à l’œuvre où nous avons investi de manière organique pour répondre aux besoins du futur marché. Nous avons également acheté une nouvelle société avec une technologie complémentaire à la nôtre. Et notre équipe commerciale mondiale étend maintenant nos capacités en termes de portée et de croissance à des applications que nous n'aurions pas pu suivre autrement. Et aussi pendant que j'étais en Chine, j'étais très enthousiaste à l'idée de conclure un accord pour sécuriser un terrain dans un nouveau parc industriel où nous allons construire une nouvelle installation de production pour desservir la région.

Comme vous le savez, l’Asie a été un groupe à forte croissance ces dernières années. Ainsi, au cours des prochaines années, avec l'augmentation de la demande de composites et de solutions durables, nous aurons besoin d'une installation pour continuer à stimuler la croissance dans cette région, en particulier si nous profitons de l'expansion des fabricants dans l'Ouest. Notre engagement et nos investissements dans ce domaine constituent un autre exemple de notre sécurité à long terme en Chine et dans PolyOne. Oui, les conditions de marché actuelles sont difficiles, mais nous pensons qu'elles sont également temporaires.

En bref, nous sommes optimistes pour un second semestre plus fort. Et tout en réduisant les coûts discrétionnaires à court terme, nous ne limitons pas notre capacité à générer des résultats futurs. Nous nous attendons actuellement à ce que l'Europe et la Chine continuent de faire pression sur les ventes et les bénéfices au deuxième trimestre, comme ils l'ont fait au premier trimestre. Nous pensons que la construction procurera des avantages séquentiels aux États-Unis, mais le BPA se situera probablement autour de 0,68 $ ou 0,03 $ au deuxième trimestre.

Cela étant dit, nous pensons que les fluctuations actuelles de la demande économique commenceront à s’améliorer et que nous retrouverons la croissance au second semestre. Et lorsque cela se produira, je pense qu'il sera plus facile de voir les contributions positives des composites et des solutions durables ainsi que l'impact global de nos investissements et de nos ressources commerciales. Nous sommes très bien placés pour tirer parti des tendances en matière de légèreté, ainsi que d’une utilisation améliorée et accrue de nos autres matériaux durables. En outre, nous sommes ravis de notre récente acquisition de Fibre-Line et de notre capacité à desservir l’infrastructure à fibre optique en pleine croissance et le futur réseau 5G.

Il conclut nos remarques préparées. Nous allons maintenant ouvrir la discussion aux questions.

Questions et réponses:

opérateur

[Operator instructions] Notre première question vient de Mike Sison et de KeyBanc. Votre ligne est maintenant ouverte.

Mike SisonKeyBanc Capital Markets – Analyste

Salut les gars. Concentrez-vous un peu sur les produits et solutions PP & S ou Performance. Baisse des ventes au premier trimestre. Où voyez-vous l'entreprise au 2Q en fonction de vos conseils? Et que croyez-vous en rentabilité? Il a fait de très bons progrès et a un peu réagi.

Peut-être aussi nous donner un peu une vision à long terme sur ce segment.

Bob PattersonPrésident du conseil, chef de la direction et chef de la direction

Oui, je pense que ce sera le principal facteur, Mike, de la baisse des EPS que nous prévoyons pour le deuxième trimestre, presque entièrement imputable à la construction et aux appareils. Juste pour mettre les choses en perspective, Brad avait donné un ou deux commentaires sur la façon dont cela se passe habituellement au cours du trimestre, mais les ventes de mars sur le site de construction ont chuté de 20% par rapport à l'année dernière. Donc, bien que je s’attende à ce que les commandes reprennent en avril, je ne pense pas que nous serons revenus à ce que nous avions été l’an dernier. Donc, mes attentes actuelles, et encore une fois, la réduction de 0,03 $ représente probablement environ 6 millions de dollars de recettes d’exploitation l’année précédente pour l’ensemble du segment.

J'espère donc que cela répondra à votre question sur ce que nous examinons ici à court terme. À plus long terme, rien n'a changé dans cette affaire. Et il a toujours l’une des meilleures marques sur le marché, très respectée, très respectée et l’une des meilleures à sa place. Et la réalité est qu’à l’heure actuelle, il ne souffre que d’une construction plus basse aux États-Unis.

Mike SisonKeyBanc Capital Markets – Analyste

Pas vrai. OK. Ainsi, au cours du second semestre, vous avez remarqué qu’il pouvait y avoir une certaine reprise. Avez-vous une idée de ce que vous devez voir pour voir une croissance des bénéfices dans l’autre moitié? Et puis, le bon début de la première moitié de l’année est suffisamment solide pour permettre une augmentation forfaitaire des revenus de 19?

Bob PattersonPrésident du conseil, chef de la direction et chef de la direction

Tout d’abord, permettez-moi de commencer par quelques commentaires sur la Chine. Et quand j'y étais il y a quelques semaines, tout le monde était visiblement déçu des résultats du premier trimestre et de ce que nous avons vu là-bas, mais les clients et en général, je dirais que le sentiment semble être plutôt positif en ce qui concerne les mesures de relance potentielles. mis en place par la Chine et de veiller à ce qu'ils commencent à entrer en vigueur au second semestre de l'année, et je pense qu'ils peuvent être très réels. Je pense que l'on voit toujours dans quelle mesure cela filtre et aide les marchés d'exportation, mais je pense vraiment que c'est une bonne chose à faire là-bas. Je pourrais voir un avantage en Chine au second semestre.

Donc, je pense que c'est un gros moteur pour nous, Mike. Pour ce qui est de ce que cela signifie pour le BPA de l’année, je pense que nous verrons une croissance du BPA au deuxième semestre de l’année. Cela peut compenser ce que nous avons soutenu au premier semestre pour générer une croissance globale tout au long de l’année. Je pense que c'est très réel.

Mike SisonKeyBanc Capital Markets – Analyste

OK. Grand. Merci

opérateur

Merci Votre autre question vient de Frank Mitsch de Fermium Research. Votre ligne est ouverte.

Frank MitschFermium Research – Analyste

Bonjour, messieurs. Évidemment, beaucoup de discussions sur les difficultés de PP & S. Vous avez mentionné que la météo était importante au 1er trimestre, vous avez donné de bonnes indications au 2ème trimestre et vous avez donné de bonnes indications sur la nature du mois de mars. Que voyons-nous jusqu’à présent en avril dans cette entreprise et honnêtement pour la société rassemblée?

Bob PattersonPrésident du conseil, chef de la direction et chef de la direction

Oui. Le taux de réservation pour le mois d'avril est donc un peu plus élevé, tout comme il s'applique particulièrement à la construction. Je ne veux pas le dire sans importance pour ce que nous avons vu pour le premier trimestre dans son ensemble. Alors, voyez-vous, j'ai vu cela récemment, si les retards peuvent résulter en un trimestre très robuste, et cela pourrait toujours être le cas au deuxième trimestre, mais en avril, la commande ne l'avait pas suggéré et par conséquent, j'ai donné les indications, Frank , ce que nous avons fait pour le premier trimestre. C'est donc la meilleure information que nous ayons à l'heure actuelle.

Comme vous le savez, nous avons des commandes qui nous donnent probablement de la visibilité pendant trois à quatre semaines et nous essayons de faire les meilleures déclarations possibles sur l'avenir, avec ce que nous avons.

Frank MitschFermium Research – Analyste

Entendue. Et bien sûr, vous avez pris quelques mesures, vos actions d’intervention. Pouvez-vous donner une idée de la taille des économies, etc.?

Bob PattersonPrésident du conseil, chef de la direction et chef de la direction

Oui. Je veux dire, vous voyez, nous – la plupart du temps, il s'agit simplement d'améliorer l'efficacité. Et quand vous arrivez – nous entrons pour une année comme celle-ci, je pense que c'est comme si vous réfléchissiez aux équipes de l'organisation et où vous pouvez agir – agissez pour améliorer l'efficacité, comme Brad l'a décrit. Donc, environ 50 à 60 personnes.

Je dirais que nous avons probablement réalisé la moitié de ces économies au premier trimestre, avec un peu plus à venir aux deuxième et troisième trimestres. Au troisième trimestre, nous devrions donc appliquer le taux d’intérêt complet, soit un avantage positif de 1 million de dollars ou 2 millions de dollars.

Frank MitschFermium Research – Analyste

Et cela concernait principalement le secteur PP & S?

Bob PattersonPrésident du conseil, chef de la direction et chef de la direction

Oui, je veux dire, cela concernait vraiment toutes nos entreprises, ainsi que nos fonctionnalités d'entreprise et peut-être que les fonctionnalités d'entreprise ont été les plus touchées.

Frank MitschFermium Research – Analyste

D'accord. Merci. Merci beaucoup

opérateur

Merci Votre prochaine question vient de Mike Harrison, de Seaport Global Securities.

Mike HarrisonSeaport Global Securities – Analyste

Bob, je me demandais si vous pouviez parler un peu plus du secteur des composites et en particulier de la contribution de Fibre-Line. Si j'ai bien compris, vous avez tout préparé, même si les produits composites et Fibre-Line ont généré environ 3,5 millions de dollars de revenus. Vous vous demandez simplement si vous pouvez nous aider à comprendre à quoi ressemble l'évolution de ce chiffre. Passez le reste de l'année en fonction de ce que vous voyez à ce moment-là.

Bob PattersonPrésident du conseil, chef de la direction et chef de la direction

Oui, je préfère ne pas donner de chiffres de rentabilité spécifiques par ligne de produit. C'est pourquoi nous avons référencé les composites pour l'ensemble du trimestre et nous aimerions garder les commentaires à ce niveau, si je peux. Pour ce qui est de savoir comment cela joue pour la balance de cette année, je pense que cela va continuer. Et nous avons constaté une croissance des revenus d’exploitation de Specialty Engineered Materials, sur lesquels, comme vous le savez, nous nous sommes concentrés avec prudence au cours des dernières années, au cours desquelles nous avons obtenu des résultats décevants.

C'est très excitant de voir les matériaux composites montrer le chemin et les investissements que nous avons réalisés sont rentables et vous continuerez à le voir tout au long de l'année. Les gagnants que nous avons sont exactement le genre de gagnant que vous souhaitez en termes de spécifications et de long terme, et je ne vois donc aucune raison pour que cela ne soit pas le cas pour le reste de l'année et au-delà, Mike.

Mike HarrisonSeaport Global Securities – Analyste

D'accord. Grand. Et puis je me suis demandé si vous pourriez parler un peu de ce que vous voyez en Europe. De toute évidence, vous êtes entré dans le quartier un peu plus faible que vous ne l'aviez espéré, mais est-ce que la situation est toujours lente là-bas? Voyez-vous des signes de reprise en Europe? Et peut-être donner de la couleur à certains pays ou marchés européens, car vous voyez des poches de faiblesse ou de force.

Bob PattersonPrésident du conseil, chef de la direction et chef de la direction

En fait, je pense que lorsque j'ai commenté les questions de Mike Sison, je viens de faire une observation ou deux sur la Chine et que cela a été considéré comme positif au second semestre de l'année. J'aurais vraiment dû commenter sur l'Europe en même temps, car nous ne voyons aucune amélioration en Europe du point de vue de la fréquence des commandes et ne sommes pas au courant de quelque chose qui ira mieux. Donc, même si nous pensons que nous verrons une croissance et une amélioration de nos résultats au second semestre, je ne pense pas que cela proviendra d’Europe, mais au-delà du simple fait de louper le très faible quatrième trimestre de l’année dernière, les conditions ne sont pas bonnes. Comme vous le savez, je pense que l’industrie automobile à laquelle nous participons est en grande partie motrice et je ne le vois pas mieux en 2019.

Mike HarrisonSeaport Global Securities – Analyste

D'accord. Merci beaucoup

opérateur

Merci Votre prochaine question vient de la ligne de Ben Kallo avec Baird. Votre ligne est maintenant ouverte.

Ben KalloRobert W. Baird and Company – Analyste

Bonjour. Bonjour les gars. Alors, d’abord, et c’est peut-être pour vous, Brad. Chez FX, vous venez de l'appeler.

Pouvez-vous quantifier parce que c'était un peu surprenant pour moi?

Brad RichardsonVice-président exécutif et directeur financier

Oui, Ben, c'est à peu près – sur la ligne OI, il y a eu environ 2,5 millions de dollars de résultats, ce qui représente un peu plus de 0,02 $ par action après impôt. Et je pense que cela correspond relativement à ce dont nous avions parlé lorsque nous avons commencé à parler de 2019. Cela va être un autre vent contraire que nous verrons au deuxième trimestre, probablement de la même taille. Et puis, lorsque nous arrivons au second semestre de l'année, les choses à propos de l'euro et du dollar se normalisent comme elles le sont aujourd'hui.

Ben KalloRobert W. Baird and Company – Analyste

Et juste sur ce point, pouvez-vous simplement nous rappeler comment nous devrions penser à l'exposition aux devises? Parce que je sais que vous parlez de croissance en Chine et de ralentissement en Europe, et qu'allons-nous donc examiner en ce qui concerne les vents contraires?

Brad RichardsonVice-président exécutif et directeur financier

Oui. Je veux dire, je pense que ce sont vraiment les taux de change du RMB et de l'euro. Et encore une fois, comme je l’ai dit, si vous arrivez au deuxième semestre de l’année, les taux de change de ces deux monnaies sont essentiellement stables par rapport aux prix actuels. Là encore, il y aura un coup de vent ici aux Q1 et Q2, puis disparaîtra par la suite.

Ben KalloRobert W. Baird and Company – Analyste

Grand. Ensuite, s’agissant de l’allocation de capital, vous parlez de resserrer votre ceinture dans ce que vous avez fait au premier trimestre et dans certains cas au deuxième trimestre. Comment pensons-nous? Je pense que vous avez acheté 1 million d’actions au cours du premier trimestre ou ailleurs. Comment y pensons-nous et ensuite des enregistrements potentiels dans cet environnement?

Bob PattersonPrésident du conseil, chef de la direction et chef de la direction

Nous n'avons pas acheté d'actions au premier trimestre, principalement en raison du financement de Fibre-Line. Nous essayons généralement d’obtenir des rachats d’actions sur la base de ce qui se passe en ce qui concerne l’ensemble des activités de prêt et de F & A. Par conséquent, nous n’avons procédé à aucun rachat au cours du premier trimestre et nous n’avons pas fait de prévisions pour le bilan de cette année. Nous avons racheté un peu plus de deux millions d’actions au quatrième trimestre, ce qui a évidemment aidé l’année, mais rien au premier trimestre, Ben.

Ben KalloRobert W. Baird and Company – Analyste

En ce qui concerne les achats, votre allocation de capital y est-elle affectée?

Bob PattersonPrésident du conseil, chef de la direction et chef de la direction

Oui. Je pense que le point de vue n'a pas changé, mais en ce qui concerne les acquisitions dans les technologies, nous en voyons un autre: l'espace composite, même s'il est petit, je crois toujours que nous avons la capacité de le faire lorsque nous allons de l'avant. Vous aviez raison. Lorsque nous avons examiné certaines des tensions de la ceinture, nous l'avons également fait autour des investissements, et je tiens à dire que nous ferons les investissements dont nous avons besoin cette année et certaines des choses qu'il est agréable d'avoir, mais que ne doivent pas devenir des indispensables. reportée.

Brad RichardsonVice-président exécutif et directeur financier

Merci les gars.

opérateur

Merci Et notre prochaine question vient de la ligne Colin Rusch avec Oppenheimer. Votre ligne est maintenant ouverte.

Kristen OwenOppenheimer and Company – Analyste

Matin. C'est Kristen pour Colin. Merci d'avoir pris nos questions. Tout comme un suivi des réductions de travail, lorsque vous effectuez certains de ces efforts, et si la douceur est plus prudente lorsque vous recommencez à croître, à quoi ressemblerez-vous dans les marges incrémentielles?

Brad RichardsonVice-président exécutif et directeur financier

Je veux dire, écoutez, nous – la première question portait sur les réductions d’effectifs, mais – elle donnait déjà un ordre de grandeur de ces effectifs et la manière dont cela devrait se dérouler au cours de l’année. Je pense donc que vous pouvez en tenir compte du point de vue de la marge. Regardez, la plus grande opportunité d’avancement en termes de marges est d’améliorer les entreprises que nous avons récemment acquises et qui, comme vous le savez, représentent généralement entre 8% et 10% des ventes en couleur et en monnaie électronique. Et nous pensons que nous avons la possibilité de les doubler d’ici cinq à sept ans.

En train de faire de très bons progrès dans la page composite. Comme vous le savez sûrement, les matériaux composites étaient une entreprise dans laquelle nous avons énormément investi. Nous avons même enregistré une perte d’exploitation au premier et au deuxième trimestre de l’année dernière. So I think you're going to see really good improvement in margins, but you got to obviously see an uplift in the sales and the general market conditions for that to be the case.

Kristen OwenOppenheimer and Company — Analyst

OK. And I appreciate all the color that you gave on Europe. Specifically, I wanted to ask about your auto customers there. Are you getting any indications that, that weakness is due to some of the testing procedures that they have going on in that transition and is therefore maybe more temporary rather than a structural demand decline?

Bob PattersonChairman, President and Chief Executive Officer

Well, a lot of that feedback is anecdotal from customers and we certainly hear that sometimes. My best estimate of what we're seeing right now is that we're not going to see any improvement in 2019. So how you define temporary, I guess, is open to discussion, but I don't think there's going to be an improvement this year.

Kristen OwenOppenheimer and Company — Analyst

Great. And then if I could sneak one more in. Just on free cash flow expectations for the year, obviously there is some seasonality in Q1, but based on your capex outlook, what should we be looking for, for free cash flow?

Brad RichardsonExecutive Vice President and Chief Financial Officer

Yes, I think we're on track to deliver about $200 million in free cash flow. That again, just for clarity, Kristen, is after funding again our capex.

Operator

Thank you. Your next question will come from the line of Bob Koort with Goldman Sachs. Your line is now open.

Bob KoortGoldman Sachs — Analyst

Merci. Good morning. Bob, I was wondering if you could characterize how you feel the health is across your supply chain in light of volatility in pricing or demand trends. Do you feel like there has been some destocking and customers may be waiting for some price relief? Has that not been an issue? What's your general sense of that issue? And then secondly, should we expect to see any raw material relief in the gross margin line? Have you seen that? And then what's your expectation looking into the balance of the year?

Bob PattersonChairman, President and Chief Executive Officer

So look, I do think that there has been some destocking. I think that started in the fourth quarter of last year and continued into Q1. I'm making this as a customer observation, where I just think in general everyone is very cautious given what is playing out from a macro standpoint in not wanting to sort of relive or build an inventory of what we saw in '06 and '07. So I think that could be easily playing a part in this.

I am cautiously optimistic that we will see some benefit from raw materials going forward in the latter part of this year. But, as you know, for us, a lot of times when you look at headline numbers like what's going on with polyethylene or polypropylene, for example, those are base resins for us, carrier resins, and while we may see some relief in those, we're seeing increases in other places like pigments and dyes, which is impacting the Color segment. So I think there is a little bit of good news coming on the raw material side, but really just starting to see that now and hopefully that gets better in the second half of the year.

Bob KoortGoldman Sachs — Analyst

And then you noted organic sales erosion. I may have missed it. Did you give the break out between volume and price there? How much of it is underlying volume erosion?

Bob PattersonChairman, President and Chief Executive Officer

We didn't give the specific on that. We usually try to put that into our Q. If you need more follow-up, we can. But in general, volume was down most notably in PP&S where with the preponderance of the sales decline that we saw a little bit in price as well.

But across the board, I would tell you, we did have good traction in pricing. As you know, last year, I felt like we were behind on that, but with the actions we took in the second half of the year, we're starting to some benefit. Distribution is a good example where volume was down slightly, but pricing was a positive and we got the freight surcharges in place, which were long overdue. So we're seeing some benefit there as well.

Bob KoortGoldman Sachs — Analyst

Great. Thank you.

Operator

Thank you. Your next question will come from Dmitry Silversteyn with Buckingham Research. Your line is now open.

Dmitry SilversteynBuckingham Research Group — Analyst

Good morning, gentlemen. Thanks for taking my call. A couple of things, if I may. Number one, you talked about raw material relief, so thank you for addressing that question.

But you also mentioned that Fiber-Line is getting you into some of these kind of the power opportunities — power distribution opportunities and the 4 and 5G expansions. Can you — is it possible for you to sort of ballpark what that market opportunity for you could be over the coming two to three years? Have you thought about it that way?

Bob PattersonChairman, President and Chief Executive Officer

Maybe the best way to describe that is what we see as the growth opportunity for that business, we had projected — at that time we actually announced the deal, I believe we said we expected sales to be around $100 million in revenue. And I think with the expansion of existing infrastructure and then soon-to-come 5G, you could see double-digit sales growth as a result of that quite easily for the next six, seven years, Dmitry. I mean, at some point, there will be a plateau on the infrastructure expansion, but that's what we see right now.

Dmitry SilversteynBuckingham Research Group — Analyst

OK, so that's a very good framework. And then secondly, there is a lot more attention and you mentioned on a couple of times in your prepared remarks on sort of environmental sustainability and use of plastics. Obviously, we've all seen the straw bans in various parts of the world and in this country. How do you look at that trend and how are you positioned to either benefit from it with your increased sales of additives that help minimize plastic use and help recycling, or conversely, are you looking at this as a potential headwind going forward as these initiatives spread?

Bob PattersonChairman, President and Chief Executive Officer

What I believe is we were — we probably have joined the Alliance to End Plastic Waste as a founding member, that was announced at the beginning of this year. The alliance is newly created and led by Dow, LyondellBasell, P&G and many others who really are very interested in helping us to clean up the planet as a starting point, but I'd also say that next generation of the activities are all about improving recyclability and providing better materials for all of us. And look, from my standpoint, that could ultimately mean that in some cases, for like, beverage and food packaging, less material is used and that's OK. For us, our solutions enable that when you look at what we offer for many of the additives that we provide.

So I think this is only going to gain momentum. And I think PolyOne stands to benefit from our sustainable solutions. In some cases, you may see things go away or change and certainly, in some cases, see less material being used, but in the long run, I don't see anything but positives from that.

Dmitry SilversteynBuckingham Research Group — Analyst

Thank you.

Operator

Thank you. Your next question will come from the line of Laurence Alexander with Jefferies. Your line is now open.

Laurence AlexanderJefferies — Analyst

Good morning. Could you peg a little bit sort of any cash outlays you have for restructuring or further you have cost cuts that you're doing and then also speak a little bit about how you're thinking about adding talent in this environment? I mean where are you still expanding the technical sales efforts?

Bob PattersonChairman, President and Chief Executive Officer

Yes, I'll take the latter part of that and Brad can tell you a little bit more about the numbers, some of that restructuring was in the first quarter. Look, first of all, as you know, we have tried a lot of resources in the last four years in sales, marketing and technology, being up 30%. I think in light of the current circumstances, it's important for us to continue to invest in our people, but largely as replacement hires to keep things flat from a turnover perspective. And as we said sort of at the end of last year or maybe the middle of last year, really, it is important for us to drive more efficiency from those.

So, for example, Laurence, if you went back to '14 and kind of followed our trajectory through '16 and '17, sales dollars per seller was actually down. That was OK, but we need to start to see that go in a positive direction and it is beginning to in 2018. So I think this year is about being more productive and being more efficient. We will not hire at the pace that we have in previous years.

Brad, can you comment on the…

Brad RichardsonExecutive Vice President and Chief Financial Officer

Yes, Laurence. On the restructuring actions that we've discussed, in our first quarter, we took a charge for activity of about $4.5 million. There's probably a little bit more to come in the second quarter as people leave the organization, but that — you should think about that as cash outlay.

Laurence AlexanderJefferies — Analyst

OK. And then could you give us sort of a benchmark for the current run rate for composite sales and sales in China?

Bob PattersonChairman, President and Chief Executive Officer

The first part was composite sales. What was the second, Laurence?

Laurence AlexanderJefferies — Analyst

Just sales in China, what the current run rate is?

Bob PattersonChairman, President and Chief Executive Officer

Ikke sant. So composites in total is up to about, when you add in Fiber-Line, we should be right about $35 million, $40 million for the first quarter and then China is about 10% of sales in total.

Laurence AlexanderJefferies — Analyst

And then just lastly, can you speak a little bit about the M&A environment that you're seeing in this — are either multiples starting to come down or do you think some additional assets could shake loose?

Bob PattersonChairman, President and Chief Executive Officer

No change in multiples. That's actually been kind of an interesting discussion point really over the last few years. Whenever we see a little bit of contraction in macro activity, we think, well, maybe that would be the case, but certainly, hasn't been our experience. And at this point, I'm not seeing any real change in activity in terms of something coming to market that wasn't previously contemplated.

If anything, it may delay some of that with numbers being down some this year. So there is a couple of things that we're looking at, but that really started last year. So at present, no change from our perspective.

Laurence AlexanderJefferies — Analyst

Thank you.

Operator

Thank you. Your next question will come from the line of Jason Rodgers with Great Lakes Review. Your line is now open.

Jason RodgersGreat Lakes Review — Analyst

Oui. Just a follow-up on Fiber-Line. I think the expectations were previously mid to high single-digit growth for 2019 and maybe $0.02 to $0.04 for the year contribution. Any update to those forecasts?

Bob PattersonChairman, President and Chief Executive Officer

Non. I think those are still good numbers.

Jason RodgersGreat Lakes Review — Analyst

And can you quantify what the impact was on raw material costs on gross profit for the quarter? I think you did that for the last few quarters.

Bob PattersonChairman, President and Chief Executive Officer

In total, I have to — off the top of my head, I couldn't give you the inflation/deflation impact. As you know, overall, volume was down, so total costs were down as well. What I would tell you is that if I just look at Color and Engineered Materials, for example, overall, raw materials were up. Even though we started to see things come down a little bit in a few pockets, it was some of the other Specialty Materials, as I mentioned, like pigments and dyes that led to overall inflation.

PP&S was roughly flat. So that kind of puts things in perspective to where we were in the first quarter of last year.

Jason RodgersGreat Lakes Review — Analyst

OK. That's helpful. And then Brad, do you have a forecast for the tax rate for 2019 and capex as well? Merci.

Brad RichardsonExecutive Vice President and Chief Financial Officer

Yes, we did. As you saw in our release, our first-quarter effective tax rate was about 24%. I think if I look at the rest of the year, we're going to be in the 24% to 25% range. So I think that's probably a good proxy.

And our capex, we're thinking we're going to be in kind of the $75 million to $85 million range for capex.

Jason RodgersGreat Lakes Review — Analyst

Thank you.

Operator

Thank you. Your last question will come from the line of Jim Sheehan with SunTrust. Your line is now open.

Peter OsterlandSunTrust Financial Corp. — Analyst

Good morning. This is Pete Osterland on for Jim. Given some of the demand headwinds, did the pace of freight and logistics cost inflation ease at all during the first quarter? And do you expect any further inflation as you look forward into the rest of the year?

Bob PattersonChairman, President and Chief Executive Officer

I think freight really did start to flatten out in the first quarter in the U.S. We saw a tick up some in Europe. But for the most part, no real significant changes from what we saw. And then obviously, last year, it went up rapidly at the beginning of the year.

So it seems to have stabilized at the beginning of this year.

Peter OsterlandSunTrust Financial Corp. — Analyst

OK. Thank you. And then, you called out a product mix improvement on the distribution segment. Could you just give a little bit of color about what is driving that positive mix impact?

Bob PattersonChairman, President and Chief Executive Officer

Yes, just a little tilt toward, I'd say, healthcare as well as the outdoor high-performance industry, which we saw quite a bit into from distribution and then obviously, as you know, we did put the freight surcharges in place, which is we did not have in place in the first half of last year. So those are the primary benefits of the — or drivers of benefits this year.

Peter OsterlandSunTrust Financial Corp. — Analyst

Thank you.

Bob PattersonChairman, President and Chief Executive Officer

Great. OK. Well, thanks, everybody, for joining us on the call today. We look forward to updating you on our progress on our next call following the conclusion of our second quarter.

Bye for now.

Brad RichardsonExecutive Vice President and Chief Financial Officer

Thank you.

Operator

[Operator signoff]

Duration: 50 minutes

Call Participants:

Joe Di Salvo — Vice President and Treasurer, Investor Relations

Bob Patterson — Chairman, President and Chief Executive Officer

Brad Richardson — Executive Vice President and Chief Financial Officer

Mike Sison — KeyBanc Capital Markets — Analyst

Frank Mitsch — Fermium Research — Analyst

Mike Harrison — Seaport Global Securities — Analyst

Ben Kallo — Robert W. Baird and Company — Analyst

Kristen Owen — Oppenheimer and Company — Analyst

Bob Koort — Goldman Sachs — Analyst

Dmitry Silversteyn — Buckingham Research Group — Analyst

Laurence Alexander — Jefferies — Analyst

Jason Rodgers — Great Lakes Review — Analyst

Peter Osterland — SunTrust Financial Corp. — Analyst

More POL analysis

This article is a transcript of this conference call produced for The Motley Fool. While we strive for our Foolish Best, there may be errors, omissions, or inaccuracies in this transcript. As with all our articles, The Motley Fool does not assume any responsibility for your use of this content, and we strongly encourage you to do your own research, including listening to the call yourself and reading the company's SEC filings. Please see our Terms and Conditions for additional details, including our Obligatory Capitalized Disclaimers of Liability.

10 stocks we like better than PolyOne
When investing geniuses David and Tom Gardner have a stock tip, it can pay to listen. After all, the newsletter they have run for over a decade, Motley Fool Stock Advisor, has quadrupled the market.*

David and Tom just revealed what they believe are the ten best stocks for investors to buy right now… and PolyOne wasn't one of them! That's right — they think these 10 stocks are even better buys.

See the 10 stocks

*Stock Advisor returns as of March 1, 2019

Pourquoi les devis d'électricien sont-ils aussi élevés ? Cliquer sur ce bouton pour comprendre les calculs !



Installation électrique avec un petit budget et artisan électricien ? La première question qui arrive souvent dès que je rencontre clients potentiels ayant peu de moyens est toujours en relation avec le budget. “Pensez vous que ça va couter cher ? Pouvez vous nous donner un prix pour refaire complètement l’électricité ? ”La règle d’or, c’est pas d’annonce de budget sans devis. En effet, en tant que professionnel, c’est le type d’annonce qui peut vous revenir comme un boomerang dans la est. “Vous m’aviez dit que j’en aurai pour moins de 3000 euros, et au final on atteint quasiment 4000 ! ”En tant que client, vous devez bien comprendre que prendre contact avec un professionnel pour refaire tout une réseau domestique ne peut se faire sans mettre la main au wallet digital. Même pour des travaux “at minima”, il arrive souvent que le professionnel n’ait pas le choix et soit obligé de vous proposer plusieurs prestations : Une installation d’un interrupteur différentiel dans un tableau électrique peut rapidement mener au remplacement complet de ce dernier si l’électricien juge que l’état actuel du cablage est problématique